Faire face à la concurrence low-cost

Quand j’ai démarré mon activité d’Assistante indépendante, il y avait une question qui m’inquiétait vraiment, mais alors vraiment beaucoup : « Comment vais-je rivaliser face aux plateformes low-cost d’Assistants virtuels ? ». Ces sociétés faisant travailler des personnes à Madagascar, au Maroc ou aux Philippines par exemple, proposent aux entrepreneurs des services très variés à des tarifs incroyablement bas (9 euros l’heure travaillée, voire parfois moins : j’ai vu un entrepreneur se vanter de payer 4 euros de l’heure !). Il est évidemment extrêmement tentant pour un entrepreneur de déléguer certaines tâches à moindre coût. J’ai donc pensé qu’il allait être très compliqué de vendre mes services auxLIRE LA SUITE

Premiers clients sans site web

Helllooooooo ! Je suis vraiment ravie de te retrouver pour cette toute nouvelle aventure, celle de « Je deviens Assistante Indépendante ». J’ai décidé d’aider les personnes souhaitant lancer leur activité d’Assistante indépendante rapidement et sans stress, comme je l’ai fait moi-même en 2015. Un business qui change complètement de ce que j’ai connu lorsque j’étais salariée : des missions très variées, avec des collaborateurs vraiment sympas, et la possibilité d’organiser mon emploi du temps comme je l’entends. Je partagerai donc avec toi toutes les astuces mises en place pour la création de mon activité. J’ai déjà expliqué le pourquoi de ce nouvel axe de ma vie pro (tuLIRE LA SUITE

Nouvelle activité

« On ne peut pas faire l’économie du saut dans le vide. On est obligé de plonger dans ce moment où on ne sait pas du tout où on va, on ne sait pas du tout ce qu’on va dire, mais on est obligé de plonger. On ne peut pas faire l’économie de ce moment-là. Si on attend d’être légitime, d’être valable, d’être valide pour faire ça, on attend tout le temps ». Hier soir, j’ai relevé cette phrase de Franck Lopvet… Même si je ne suis pas tout à fait prête, il est temps pour moi de vous parler ouvertement de ce que jeLIRE LA SUITE

Slow Web

Je ne sais pas si tu as connu internet à ses débuts dans les années 90 ? C’était le règne du Modem 56K. Si tu vois de quoi je parle, tu te souviens certainement de la petite mélodie de connexion (je ne résiste pas au plaisir de te proposer cet abominable audio pour illustrer ce dont je parle :D).   A l’époque, je trouvais déjà internet merveilleux et je me disais : « En fait Internet, c’est une fenêtre ouverte sur le monde » Que c’est beau. Pour une sauvage comme moi, perdue à l’époque dans son petit 24m², internet était vraiment fantastique ! J’aimais cet univers virtuel quiLIRE LA SUITE

Comment répondre à un client mécontent

  Vous proposez un produit de haute qualité, un service au top et vous faites votre possible pour que vos clients soient satisfaits. Oui, mais… Je pense qu’il est difficile d’y échapper : un jour, votre client mécontent viendra. Il est peut-être même déjà venu ! Il est donc préférable de vous y préparer.   La première règle à appliquer est la courtoisie : que votre client exprime une réclamation qui vous semble injustifiée ou qu’il vous traite de tous les noms d’animaux possibles, vous devez rester polie et professionnelle. Des propos désinvoltes, cyniques ou insultants ne sont pas la bonne réponse à apporter. Gardez votreLIRE LA SUITE

ton perfectionnisme t'empêche d'avancer

Je suis perfectionniste. On a l’habitude de prendre ça pour une vertu, mais il n’y a rien de plus faux. Je ne parle pas ici de l’amour du travail bien fait, mais plutôt de cette insatisfaction chronique qui va nous faire perdre un temps précieux sur des points de détails. Tu connais ça ? Je pense notamment à cette amie qui mourrait d’envie de créer son joli Bullet journal. Elle a épinglé sur Pinterest une bonne centaine de modèles, de conseils et d’astuces sur la conception d’un « BuJo ». Elle a préparé une liste interminable de fournitures : feutres, masking tape, tampons, perforatrices à forme, gommettes enLIRE LA SUITE

Assistante indépendante Big Why

En octobre 2015, j’ai fait le grand saut : je suis devenue entrepreneure. J’étais salariée comme Assistante de direction depuis près de 25 ans, et je ressentais un immense besoin de changement, sans trop savoir vers quel secteur me tourner. Le salariat, la monotonie et le manque de liberté me pesaient. Je suivais depuis quelques semaines le travail de Sarah – une jeune webentrepreneure déjà bien avancée dans son activité – et sur une très forte intuition (il n’y a pas de terme plus approprié !) j’ai décidé de lui envoyer mon CV.  Très vite, Sarah a accepté de me faire confiance et m’a proposé de l’assisterLIRE LA SUITE